Block 46 de Johana Gustawsson

Un petit tour du côté du roman policier/thriller français et féminin pour voir ce qu’il sait faire. Oui français malgré une intrigue qui se passe pour partie en Suède et le nom de la romancière (née à Marseille).

On suit une jeune femme, Alexis Castells, qui écrit des livres sur les serial killers. Elle fréquente du beau monde, notamment Linnéa une créatrice de bijoux qui ne se présente pas le jour de l’inauguration de sa collection. Et pour cause, elle a été assassinée en Suède où elle se rend régulièrement pour échapper à l’agitation londonienne.

Alexis part à Falkenberg pour soutenir Peter, le conjoint de Linnéa. Sur place, elle va participer à l’enquête grâce à Emily Roy, profileuse canadienne au méchant caractère avec laquelle elle a déjà travaillé.

Linnéa a été tuée de la même façon que deux très jeunes enfants à Londres. Les blessures sont trop originales et semblables pour que les crimes ne soient pas liés. Mais cette femme en Suède et ces enfants à Londres, qu’ont-ils en commun ? Et pourquoi ces chapitres consacrés à Buchenwald ? Pourquoi l’histoire terrible d’Erich Ebner, Allemand enfermé dans ce camp qui devient l’assistant du Doktor Horst Fleischer ? Que fait-il d’ailleurs ce maudit avec les enfants dans le block 46 ?

Ce qu’il fait est affreux, on s’en doute, mais Johana Gustawsson nous évite les descriptions trop macabres (qu’on ne se méprenne pas, il y a quand même des enfants énucléés avec gorge arrachée, mais disons que les descriptions sont factuelles, pas complaisantes).

Le lecteur est majoritairement du côté des enquêteurs, ceux de Londres et ceux de Falkenberg. Les deux personnages principaux sont Emily et Alexis qui évoluent avec aisance dans ce monde masculin. Évidemment, elles sont intelligentes et n’ont pas froid aux yeux. Pas de flics divorcés et alcooliques à l’horizon pour mener l’enquête, voilà qui change (il faut pour cela que le polar soit écrit par une femme…). Je ne sais pas si les équipes d’enquêteurs sont crédibles en tout cas, elles fonctionnent sur le papier. Malgré l’ambiance sinistre, quelques pointes d’humour apparaissent grâce aux parents d’Alexis, bavards et protecteurs, et au lourdingue inspecteur Olofsson.

Quant à l’intrigue, elle fonctionne. Grâce aux retours dans le passé au camp de Buchenwald et à quelques immersions dans la tête du tueur, le lecteur en sait plus que les enquêteurs sans qu’ils passent pour des idiots. Cependant, quelques éclairs de génie semblent quand même un peu capillotractés (je ne peux donner d’exemples sous peine de divulgâcher).

Quant au fond historique malheureusement, il n’est que trop crédible. J’étais à la fois très méfiante et curieuse de cette idée de tueur en série issu des camps de concentration. En fait c’est habile et malin, à la fois respectueux et romanesque.

J’ai lu Block 46 quasi d’une traite au cours d’un long voyage en train, sans ennui du tout avec même un certain empressement dans les derniers chapitres. La construction est dynamique et efficace, le twist historique m’a surprise. Par contre je reste dubitative sur le tueur : comment peut-il mener une vie si normale, être à ce point monsieur tout-le-monde (parce qu’évidemment, le lecteur a déjà rencontré le monstre mais sous son jour « civilisé ») et le tueur d’enfants décrit ? Peut-on être à la fois un homme parfaitement intégré et l’assassin de dizaines d’enfants ? J’espère que non.

 

Block 46

Johana Gustawsson
Bragelonne (Milady), 2015
ISBN : 978-2-8112-1829-4 – 461 pages – 7,90 €

 

Sur le même thème :

6 réflexions sur “Block 46 de Johana Gustawsson

  1. Ca fait longtemps que je n’ai pas lu de thriller. Mon dernier polar était un romand de B, Séverac que je suis les yeux fermés car jamais de complaisance dans le sanguinolent ou les flics alcoolo (que je déteste ce type de personnage maintenant!). L’aspect touchant aux camps m’intrigue… mais bon, ça sera si je tombe dessus à la médiathèque. Je suis vraiment devenue difficile avec les polars/thrillers. Bonne journée 🙂

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s